Epanchements et réflexions d'une artiste indépendante,

hypersensible et hyperpensante

#15 Et Gaston s'en alla... Adieu ma bête d'Amour

01/02/2018

 Je n'arrive pas à croire que j'écris ces lignes...😞 Et quiconque ayant déjà passé sa main dans la fourrure en pilou de cette adorable petit bête sait à quel point il était un canal d'Amour et de Gentillesse, et du coup à quel point c'est un moment difficile pour nous... Mon Amour de Gaston, le plus beau, le plus gentil, le plus baveur et le plus ronfleur des chats du monde s'en est allé cette après-midi des suites d'une foudroyante infection aux poumons. C'est comme s'il avait attendu que je rentre pour se laisser partir dans le creux de mes mains... J'ai l'âme en grande peine, même si je suis convaincue qu'on va encore et encore se retrouver plus tard, dans d'autres enveloppes. Oh... comment de si petits êtres peuvent-ils créer tant d'émotions, de joie et de peine?

 

Va, je t'écrirai une chanson mon Gaston, je te le promets. Merci pour ces belles années, on était si beaux. 

 

Prenez-soin de vos proches, animaux et humains. Et faites leur le plus de calinous et de gratouilles possibles. Animaux et humains, aussi :)

 

Interdiction de demander des chansons tristes au concert de ce soir, merci 

 

Vendredi 2 février 2018

 

Aujourd'hui on a enterré la petite bête.... Sous le figuier du jardin évidemment.

C'est la troisième fois de ma vie que je suis confrontée à la raideur cadavérique. Mon père, mon arrière grand-oncle, et Gaston. Aussi glauque que cela puisse paraître, ce nouveau statut physique ne permet du coup aucun doute, et je crois que ça m'a aidé à chaque fois à bien mettre à jour la nouvelle situation. Il n'est plus. Maintenant il faut que l'âme monte.

 

J'ai récupéré une branche du figuier qui vient justement d'être taillé. Je vais lui faire un bel attrape-rêve, et on lui rajoutera des rubans, des grigris au fil des saisons. Je trouve l'idée très jolie. Et comme ça, il y aura toujours un truc orangé qui se trémousse dans le jardin.

 

Ce petit être poilu, baveur, ronfleur et calin m'a accompagnée, du moins nous a accompagné avec mère et soeur dans "l'après-papa". Je suis convaincue qu'on ne rencontre personne par hasard, encore moins les animaux. Et Gaston, il était là pour m'aider. Je l'ai même rencontré plusieurs fois en rêve, il prenait différentes formes. La forme d'un gamin d'une dizaine d'année, la forme d'un dragon aussi!!! hahah Merci Game Of Thrones! Mon Gaston en dragon ça le faisait grave!

 

C'est fou car quand j'ai (une fois de plus) déménagé de la maison familiale il y a quelques mois, j'avais le coeur brisé de la laisser. Mais il était hors de question d'enfermer le roi du quartier, le chéri de ses minettes, le matou calinou dans un F2 alors qu'il avait vécu tout son reigne dans la verdure. Mais, ce fut un déchirement, d'ailleurs, c'est drôle mais je remarque que je l'ai même noté dans "les faits marquants de 2017".

 

Et croyez moi ou non, mais à partir de ce moment, j'ai commencé à me préparer psychologiquement à son départ. Je me suis dit "il va comprendre que sa mission est accomplie, on va toutes bien, il va partir... ou alors il va se poser un peu et savourer?".

 

Je suis partie à Londres dans un but bien précis. Je n'en parle pas pour l'instant, j'espère pouvoir faire un post pour tout dire plus tard. Mais moi qui ne crois pas aux coincidences, je vois bien le lien entre ce voyage à Londres ou "je vais de l'avant vers un nouveau chapitre", et mon Gaston qui choisit ce moment pour ce dire "mon heure est venue, c'est une grande maintenant"

 

Ah ça y est, j'ai compris. En fait Gaston, c'était ma Mary Poppins.

 

Mais est ce que le vent a bien tourné pour moi sous le ciel de Londres?

 

S'il est parti, c'est que d'une certaine manière, oui.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

©2016 by Mary REYNAUD